En 1995, les Autorités ivoiriennes ont  constaté que beaucoup de nos populations préféraient s’adresser directement au Président de la République, dans la recherche de solutions satisfaisantes à leurs différends ou problèmes sociaux. Devant l’ampleur des saisines, le Président Henri KONAN BEDIE va va créer l’Organe Présidentiel de Médiation en abrégé (OPREM).

Rattaché à la Présidence de la République, l’OPREM est a pour mission essentielle, de régler par la médiation, le dialogue, la négociation, les divergences, les litiges et les conflits entre les citoyens.

Le 13 août 1996, un Grand serviteur de l’Etat de Côte d’Ivoire en la personne du Ministre d’Etat  Mathieu Vangah EKRA est porté à la tête de cet instrument de paix et de cohésion sociale en qualité de  ‘’Grand Médiateur’’.

Homme d’Etat au riche parcours politique et administratif, il va œuvrer à positionner l’Organe de Présidentiel de médiation au sein des populations.

Ainsi, de simple Organe consultatif, rattaché à la Présidence de le République, l’OPREM va se muer en Institution ‘’Le Médiateur de la République’’ par la Constitution d’août 2000  puis celle de novembre 2016.

Il faut rappeler que la médiation moderne et institutionnelle est née en 1989 en Suède sous le concept d’Ombudsman c’est-à-dire l’Organe chargé de protéger les citoyens contre les abus de l’administration..

En Afrique noire, ce sont les pays anglophones en particulier,  la Tanzanie, le Ghana, le Nigeria, la Zambie, le Kenya  et l’Afrique du Sud qui ont été les premiers à se doter d’Institutions d’Ombudsman.

L’avènement de la médiation institutionnelle en Afrique francophone se situe dans les  années 1990. Les premiers pays à créer des institutions de médiation sont le Sénégal, le Gabon, la Tunisie, la Mauritanie, Madagascar et la Côte d’Ivoire.